Un peu de poésie

Posté par vmozo4328 le 21 août 2009

emilioballagas.jpg EMILIO BALLAGAS (1908-1954)

Emilio Ballagas, poète et écrivain, est né à Camagüey, la ville qui m’a vu naître il y a presque 60 ans. Camagüey est la troisième province en importance à Cuba, terre aussi bien d’hommes et femmes de lettres, comme Guillén et Gertrudis Gómez de Avellaneda, que de guerriers qui faisaient trembler les Espagnols au XIX siècle.

Selon le Dictionnaire mondial des littératures de Larousse, ses premières poésies sont d’une sensualité discrète (Joie et fuite, 1931). Influencé par Luis Cernuda, il compose Saveur éternelle (1939) ; le sentiment de solitude et d’angoisse le conduit à une crise religieuse (Notre Dame de la Mer, 1943). Ciel en otages (1951) marque une maîtrise des formes, du sonnet surtout. Il consacre deux ouvrages capitaux à la poésie noire hispano-américaine (Anthologie de la poésie noire, 1935 et 1944 ; Carte de la poésie noire américaine, 1946).

POEMA

Avec seulement ta couleur,

ta couleur.

Moi je reste avec ta couleur.

J’aurai pour y faire naufrage

des fleuves de pulpe et de miel.

De hautes hanches qui ondulent

lentement tels des bananiers

(Moi je reste avec ta couleur.)

Et des mains pour apprivoiser

le bongó d’où monte la fièvre.

Et ta silhouette effarouchée

qui paraît dans la profondeur

d’un ciel traversé d’éperviers.

(Épervier, plumage de soie

et fleur à la griffe sauvage.)

Avec seulement ta couleur.

Peau.

Miel.

Fleur.

Moi, je reste avec ta couleur !

Cahier de poésie noir, 1934.  (Poésie cubaine du XXe siècle, Claude Couffon)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

ALLIANCE POUR LA NORMANDIE |
degaulois.justice.fr |
Le blog de marius szymczak |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | venizy pour demain
| BOUM ! BOUM !
| Soutenons le FUDEC