• Accueil
  • > Archives pour septembre 2009

Reflexions sur le 11 septembre

Posté par vmozo4328 le 11 septembre 2009

                                                                      100wtc.jpg 

Je me souviendrai toujours de ce 11 septembre 2001 comme d’une journée triste. Les événements de cette année là sont bien frais dans ma mémoire, ils me mènent  aussi à penser à bien d’autres morts, à bien d’autres désastres passés et à venir.

New York est si près de nous ! Ce qui était arrivé tout près nous touchait profondément, il s’agissait bien de la plus grande puissance du monde, tandis que ce qui arrive loin nous laisse la plupart du temps indifférents.  L’occident a le don de magnifier ses malheurs. Ce qui lui arrive est toujours pire que ce qui arrive aux autres nations du monde.

Je garde dans ma tête les horribles images des avions s’écrasant contre les tours du World Trade Center,  je garde aussi en tête les images des horribles massacres au Rwanda il y a quelques années à peine, pour ne citer qu’un exemple. Combien d’éditoriaux, de pages de journaux, d’émissions de radio et de télé ont été consacrés dans une seule journée à ces morts, victimes aussi de la bêtise humaine? Très peu, en fait.  Un million de personnes ont été sauvagement tuées au Rwanda en l’espace de quelques jours au vu et au su des grandes puissances qui voyaient, sans bouger, le nombre de morts augmenter.

Alors,  en ce 11 septembre 2009, paix à toutes les victimes passées et à venir de tous les terrorismes, ceux de gauche et de droite, à celles du terrorisme religieux et fanatique de tous les continents.

 Victor Mozo ©

Publié dans Société | 2 Commentaires »

À la recherche du temps perdu

Posté par vmozo4328 le 9 septembre 2009

                                                            tiempo.jpg

Dans le calendrier des frères Castro, le mois de juillet jouera toujours un rôle prépondérant. Le 26 juillet avait célébré cette année le 56e anniversaire de l’attaque à la caserne Moncada, forteresse de l’ancienne armée du dictateur Batista, donc la bataille qui marqua le début de la révolution castriste. Juillet marquait aussi le troisième anniversaire de la maladie du líder máximo, qui se dit retiré de la vie publique après avoir passé le flambeau à son frère Raúl, mais qui, comme Dieu, veille sur ses ouailles et qu’on consulte pour tout. 

Juillet devenait aussi mois d’espoir pour les Cubains assoiffés d’un changement. On attendait beaucoup de Raul Castro, mais hélas, son dernier discours du 11 juillet imprimait déjà sur les lèvres des Cubains l’arrière goût du déjà entendu. Après avoir goûté à un semblant de libéralisation de l’économie assortie de quelques téléphones cellulaires vendus et la possibilité aux Cubains de se loger dans presque tous les hôtels de Cuba plus quelques autres promesses, la phrase que les Cubains pensaient oublier venait de résonner une fois de plus : « il faut encore se serrer la ceinture ».  Raul Castro, pour paraphraser Proust, court à la recherche du temps perdu. Mais… arrivera-t-il à le trouver ?

Dans un pays dirigé par une grande partie de septuagénaires et d’octogénaires il faudra courir et vite car  la mentalité de ces vieux dirigeants reste encrée dans la plus pure orthodoxie castriste. Et l’octogénaire en chef est celui qui décide encore et toujours, le reste c’est de la comédie pour un publique qui croit encore aux bonheurs du castrisme. Tout ce que le gouvernement fait c’est lâcher un peu de pression de peur que la marmite ne saute.  (Allez à Documents pour la suite).

Publié dans Cuba | Pas de Commentaire »

La Patronne de Cuba

Posté par vmozo4328 le 8 septembre 2009

                                                                      virgendelacaridaddelcobre.jpgPhoto Blog el Lugareño

Je dirais qu’aujourd’hui je me sens Cubain d’une autre façon. Je m’éloigne donc de la politique pour parler d’un symbole religieux très cher au cœur des Cubains. La raison en est simple : c’est le 8 septembre, fête de la Virgen de la Caridad, la Vierge de la charité, patronne de Cuba et patronne de tous les Cubains, croyants et non-croyants, communistes et non-communistes. Malgré les milliers de kilomètres qui me séparent du petit village de El  Cobre, où se trouve son sanctuaire, je me sens là, tout près.       

                                                                          santuario2.jpg

 

Je me souviens de mes années de séminariste, quand on allait la visiter au moins deux fois par semaine, le samedi pour chanter le Salve Regina et le dimanche pour la messe. Le sanctuaire est, certes, chargé de solennité et d’histoire. Bien des Cubains, du plus riche au plus humble, de l’érudit à l’illettré ont rendu visite à la Virgen del Cobre et tous se sont inclinés. Depuis que tu es apparue à trois jeunes, en 1612, bien des gouvernements sont passés, d’autres passeront, mais toi, Virgen de la Caridad, je sais que Tu seras toujours là pour ton peuple.   

La statue de la vierge est petite, mais elle apparaît grandiose pour tous ceux et celles qui la contemplent. Moi, je continue à la voir de tout près. Plus je m’éloigne, plus elle se rapproche de moi. Je vois la verdure et les montagnes qui l’entourent. Je sens l’encens et j’écoute les cantiques. Je marche sur des petits cailloux de cuivre, je continue à marcher et j’entre au sanctuaire. Elle est là et elle me regarde, Virgencita del Cobre, flor de la Sierra

Publié dans Religion | 4 Commentaires »

La mauvaise mémoire de Fidel Castro

Posté par vmozo4328 le 6 septembre 2009

                                                                    fotofidel.jpg

 Le 8 août dernier, le très officiel journal cubain Granma annonçait que le Dictionnaire des pensées de Fidel Castro avait été présenté récemment à La Havane. Selon le quotidien, cette œuvre du professeur Salomon Susi Sarfati « permettra aux lecteurs de compter sur des outils de grande valeur pour le débat idéologique dans le monde contemporain. » « Il s’agit d’une sélection des idées de Fidel à partir des propositions qui renferment la dimension politique et philosophique plus essentielle et éducative », ajoute-t-on dans le prologue. Je me demande, comme bien d’autres Cubains,  si les phrases qui suivent, prononcées par Castro autrefois,  en font partie.

« En 1970, l’île devra compter 5 000 experts de l’industrie de l’élevage et autour de 8 millions de vaches et de génisses… qui donneront du lait… Il y aura tellement de lait qu’on pourra remplir la baie de La Havane avec ce lait. »*

Le 23 août 1966

« Qui dit liberté de presse dit liberté, dit liberté de réunion, liberté de réunion et droit d’élire librement non seulement le président, mais aussi, pour les travailleurs, celui d’élire leurs dirigeants. Des droits inaliénables… »

Discours prononcé à Camagüey, le 5 janvier 1959

« Ceux qui parlent de démocratie doivent d’abord savoir en quoi consiste le respect de toutes les idées et de toutes les croyances, en quoi consistent la liberté et le droit des autres… Ne persécutons personne… Aux États-Unis même, il y a un journal communiste, des organisations communistes. L’autre jour, dans une station de radio, il y a eu une discussion entre catholiques et communistes; ils échangeaient des idées. Discuter avec des arguments, voilà comment on doit discuter en public. Si nous persécutons un journal et le faisons fermer, ah ! si on ferme un journal, aucun autre ne se sentira en sécurité. Si on se met à persécuter un homme pour ses opinions politiques, personne ne se sentira en sécurité. Si on se met à imposer des restrictions, aucun droit ne sera plus assuré. »

La Havane, le 2 avril 1959

*Actuellement, on donne du lait aux enfants jusqu’à l’âge de 7 ans. En 1983, date à laquelle j’ai quitté le pays, on leur en donnait 1/2 litre jusqu’à l’âge de 12 ans. Après, il fallait attendre ses 65 ans pour en recevoir à nouveau 1/2 litre.

Publié dans Cuba, Politique | 2 Commentaires »

123
 

ALLIANCE POUR LA NORMANDIE |
degaulois.justice.fr |
Le blog de marius szymczak |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | venizy pour demain
| BOUM ! BOUM !
| Soutenons le FUDEC