Enfin le comunisme, le vrai !

Posté par vmozo4328 le 8 octobre 2009

                                                                       cubabueyes.jpg

                                                                                                                         Photo José Goitia Canadian Press                                                            

Il n’y a pas si longtemps, j’ai appris que les bœufs cubains reprenaient du service. Moi, après avoir vu comment ces pauvres animaux avaient été traités pendant des années de dur labeur, je croyais qu’ils étaient tous à la retraite grâce au développement de l’agriculture cubaine et qu’enfin, les pauvres, ils pouvaient se reposer. Ces bêtes de trait sont capables de tirer des charrues remplies de plusieurs tonnes de canne à sucre. Leur maître, appelé à Cuba carretero,  le bouvier, est à la fois leur compagnon et leur bourreau.  

Pour que l’animal travaille, le bouvier doit vivre avec lui une sorte de relation amour-haine. Alors les cris (ordres) et les coups de perche volent. Si l’animal n’obéit pas, on le pique avec un clou placé au bout de la perche. Dois-je ajouter qu’on leur donne aussi des noms très mignons, comme Precioso (Beau), Miraflores, accompagnés de petits câlins sonores tels que « baise ta mère », « fils de pute », etc. Et comme pour l’appel de la Révolution, ni l’homme ni l’animal ne peuvent s’y soustraire, les bœufs cubains ont donc dit « présent ! » et leurs maîtres avec, qu’importe le sacrifice ! 

Alors la patrie cubaine, suivant le pas des bœufs, s’achemine lentement mais sûrement vers le socialisme. Non ! Que dis-je ? Vers le communisme pardi ! Nous en avons la preuve grâce à la nouvelle que voici. 

Selon le journaliste indépendant Frank Correa, il arrive depuis quelque temps que, dans certains endroits, on utilise le troc plutôt que l’argent pour payer. Ainsi, dans un élan timide de rapprochement avec l’éternel ennemi impérialiste, des pages du Nuevo Herald de Miami s’échangent contre de la nourriture : les pages sportives contre quatre livres de couenne de porc. Ou la une avec la photo d’Obama, lors de son assermentation comme président des États-Unis, contre quatre œufs. Ou encore, d’autres pages du journal contre des DVD. 

La société cubaine est enfin aux portes du communisme ! Fidel Castro avait finalement raison, Cuba deviendra bientôt une société sans argent où il n’y aura plus de lutte de classes. Comme à l’époque des premiers habitants de l’île, la chasse et la pêche suffiront pour se nourrir et les Cubains vivront tous en communauté.  Marx, Engels et tous les autres vont s’en retourner dans leur tombe, Cuba accède au communisme. Bienvenue donc dans la société primitive. Au paradis, quoi !  

Victor Mozo ©

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

ALLIANCE POUR LA NORMANDIE |
degaulois.justice.fr |
Le blog de marius szymczak |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | venizy pour demain
| BOUM ! BOUM !
| Soutenons le FUDEC