Une grande dame

Posté par vmozo4328 le 10 janvier 2010

gloriaamaya.jpgPhoto blogue Vazquez Portal 

Je viens d’apprendre le décès de Mme Gloria Amaya Gonzalez. Elle est morte vendredi dernier des suites d’une hémorragie cérébrale, à l’âge de 81 ans. Mme Amaya n’était pas n’importe qui, elle a fait partie des Dames en blanc jusqu’à son dernier souffle. Cette Mère Courage avait élevé tous ses enfants dans les principes les plus purs de la démocratie et de la liberté, et pour cela elle avait été ostracisée, maltraitée. Il y a à peine quelques mois, Mme Amaya avait une fois de plus lancé un appel pour dénoncer l’état de santé de son fils Ariel.

damasdeblanco4.jpg 

Depuis le Printemps noir de 2003, ses fils Guido, Ariel et Miguel Sigler Amaya étaient des prisonniers politiques. Miguel, le seul à avoir été libéré et qui vit actuellement exilé aux États-Unis, disait que sa mère était devenue une sorte d’emblème pour tous les Cubains qui, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’île, luttent pour la liberté. 

À Cuba où, d’après Fidel Castro, personne n’a jamais été torturé en prison, la Sécurité de l’État a bien voulu permettre aux deux autres fils de  Mme Amaya, Guido et Ariel, d’assister à ses funérailles… sous bonne escorte, comme s’ils étaient des criminels de droit commun. Selon des témoins, Ariel, un ancien champion de boxe, diplômé en culture physique et pratiquant plusieurs arts martiaux, mais hospitalisé depuis un an, n’est plus que l’ombre de lui-même. Ses bourreaux l’ont emmené à la maison familiale sur une civière, puis ils l’ont assis dans un fauteuil roulant. Pour ajouter un peu plus à la douleur, les deux frères ont été conduits à des moments différents pour qu’ils ne puissent pas se rencontrer. D’après Fidel, à Cuba on ne torture pas. Pourtant, on sait très bien que la santé mentale et physique des prisonniers politiques ne cesse de se détériorer.

 gloriaamayagonzalez.jpg

Ça doit aller très mal pour le régime cubain puisqu’il utilise la torture pour briser coûte que coûte la volonté de ceux qui réclament simplement le droit de penser librement. Ariel et Guido, condamnés à 20 ans de prison, verront leur santé se détériorer encore plus, mais, suivant l’idéal de leur mère, leurs idées, elles, resteront bien fermes ! Reposez en paix, Madame Amaya, nous nous souviendrons de vous avec beaucoup de fierté.

© Victor Mozo

3 Réponses à “Une grande dame”

  1. Anonyme dit :

    Gracias por este post, querido Víctor, el francés es una lengua que requiere de periodistas como tú.
    Un abrazo

  2. Benoît dit :

    Bravo et mon plus grand respect pour tout ceux qui continuent à défier le pouvoir en toute connaissance de cause, sachant ce qu’ils risquent. Moi même je pense que j’aurai abdiqué depuis longtemps.

  3. vmozo4328 dit :

    Gracias a Ud., abrazo recíproco.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

ALLIANCE POUR LA NORMANDIE |
degaulois.justice.fr |
Le blog de marius szymczak |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | venizy pour demain
| BOUM ! BOUM !
| Soutenons le FUDEC