Cuba, une leçon d’histoire

Posté par vmozo4328 le 26 avril 2011

                                                                       Image de prévisualisation YouTube

Pour ceux et celles qui croient encore aux merveilles,

voici un peu d’histoire, regardez et réflechisez par la suite,

vous allez voir comment un seul homme a soumis tout un peuple

Publié dans Amérique latine, Cuba, Politique, Société | 3 Commentaires »

Cuba, un congrès à oublier

Posté par vmozo4328 le 21 avril 2011

caricaturasantana5.jpgOmar Santana Diario de Cuba 

Le VIe congrès du Parti communiste cubain s’est terminé exactement comme il avait commencé, c’est-à-dire bien ficelé du début à la fin. Pour moi, pas de surprises, même s’il restait dans un petit coin de mon être un peu d’espoir de voir s’opérer une véritable ouverture économique et surtout politique. 

Le discours d’inauguration du président Raúl Castro n’a été qu’une mise en scène de plus dans le grand théâtre d’une révolution qui dure depuis 52 ans. Le plus triste, par contre, est de voir que beaucoup de gens mordent à l’hameçon et croient que les vrais changements vont s’amorcer. 

La seule chose à signaler, c’est que le commandant-président n’utilise plus l’expression « blocus impérialiste » pour justifier tous les maux économiques et sociaux qui accablent le pays, car le désastre a atteint des proportions qu’on ne peut plus cacher et, surtout, qu’on ne peut plus mettre sur le dos des autres. Mais qui est responsable de toute cette bureaucratie qui dirige, scrute et pénalise le simple citoyen pour la moindre faute? 

Raúl Castro a parlé des erreurs commises par le Parti, pas de ses erreurs à lui, ni de celles de son frère, le líder máximo. Qui a dirigé Cuba ces 50 dernières années si ce n’est le Parti communiste lui-même, si critiqué aujourd’hui? Qui décidait de tout si ce n’était Fidel avec une poignée de révolutionnaires de la première heure? Si Raúl parle maintenant de sauver la révolution au bord du précipice, c’est que le temps presse et qu’il faut gagner du temps. Les vieux commandants parlent de renouveler cette vieille dame agonisante, de lui apporter une certaine fraîcheur, mais ils veulent en garder le contrôle pour la prochaine décennie. Comme celui qui découvre l’eau tiède, Raúl Castro vient de s’apercevoir qu’il n’existe pas de relève. Pourtant, à chaque fois que quelqu’un avait voulu apporter des changements à l’intérieur même du Parti, il en avait été écarté illico. 

La composition du nouveau comité central du Parti communiste cubain ne laisse pas présager de grands changements. José Ramon Machado Ventura, le plus orthodoxe parmi les orthodoxes, vient d’être nommé au poste de deuxième secrétaire du Parti, soit celui qui détient le plus de pouvoir après Raúl. Viennent ensuite les généraux de la première heure et autres militaires de haut rang. Et n’oublions pas que deux gendres de Raúl viennent aussi d’être nommés membres du comité central. Fait à noter, une seule femme fait partie de ce noyau pur et dur et aucun membre de la Culture n’a été nommé. 

Avec une jeunesse qui est aux antipodes des vieux révolutionnaires, le compte à rebours vient de commencer. Malgré ses appels à maintenir le socialisme, devrais-je plutôt dire le castrisme, la vieille garde du comité central, dont la moyenne d’âge est de 67 ans, ne cherche qu’à gagner du temps. Les Castro viennent de perdre une grande opportunité : l’occasion aurait été belle pour appeler à une réconciliation, pour permettre aux gens d’exprimer leurs opinions sans qu’ils soient exclus ou répudiés. Toutes ces « réformes » que le gouvernement veut implanter avaient déjà été présentées par de simples citoyens qui pour cela n’ont connu rien d’autre que la prison. Le VIe congrès du Parti communiste cubain ne m’aura rien appris de nouveau.

Publié dans Amérique latine, Cuba, Politique | Pas de Commentaire »

 

ALLIANCE POUR LA NORMANDIE |
degaulois.justice.fr |
Le blog de marius szymczak |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | venizy pour demain
| BOUM ! BOUM !
| Soutenons le FUDEC