Castro vs Batista, ignorance ou mauvaise foi ?

Posté par vmozo4328 le 12 avril 2016

frase-la-ignorancia-mata-a-los-pueblos-por-eso-es-preciso-matar-a-la-ignorancia-jose-marti-171096

 

« L’ignorance tue les peuples », disait José Martí, le plus grand des patriotes cubains. Cette phrase résonne sans cesse dans ma tête quand je lis et j’entends ce qu’on raconte sur Cuba, surtout avant et après la visite historique du président Barak Obama dans ce pays. Mais est-ce vraiment de l’ignorance ou de la mauvaise foi? La question se pose. Surtout quand cela vient de certains journalistes qui, à une époque, ne se cachaient pas pour critiquer le régime des frères Castro.

Il y a à peine quelques jours, Cuba, à la radio comme à la télévision, était un thème d’actualité. Pour un Cubain comme moi qui suit ce qui se passe dans son pays d’origine depuis des années, il y a des choses qui peuvent être acceptables venant de la part d’un journaliste. Je comprends que couvrir des événements à Cuba n’est pas chose facile. Il doit se plier aux règles et surtout ne pas franchir une certaine ligne s’il veut retourner dans ce pays.

Mais, à mon humble avis, une fois revenu ici, le journaliste se doit d’être juste dans ses propos, d’être impartial. Le journaliste ne doit surtout pas fausser l’histoire. C’est exactement ce qui s’est passé dans l’émission diffusée à la radio de Radio-Canada, Samedi et rien d’autre, le 12 mars dernier. Invité à l’émission de Joël Le Bigot pour commenter la visite d’Obama à Cuba, le journaliste Jean-Michel Leprince, faisant un peu l’histoire de Cuba, avait mentionné, en parlant de la dictature de Fulgencio Batista (1952-1958), qu’elle avait été plus violente que ce que les révolutionnaires de Fidel Castro avaient pu être. Comme vous pouvez l’imaginer, j’ai bondi de sur ma chaise en entendant cela.

Il faudrait peut-être rappeler à ces journalistes cette malheureuse phrase prononcée par nul autre que l’icône de la gauche, Ernesto Ché Guevara, à l’ONU en 1964: « Nous avons fusillé, nous fusillons et nous continuerons à fusiller tant que cela sera nécessaire. Notre lutte est une lutte à mort. » Une phrase qui définit tout. Quand les révolutionnaires sont arrivés au pouvoir à Cuba, les fusillés, messieurs les journalistes, se comptaient par centaines. Seulement en 1959 on calcule 954 personnes fusillées. Ajoutons à cela les milliers de prisonniers politiques et les milliers de jeunes (dont je suis) et moins jeunes emmenés dans des camps de travaux forcés, appelés UMAP (Unités militaires d’aide à la production), où l’on nous faisait travailler comme des esclaves. On y retrouvait entre autres des homosexuels, des catholiques, des Témoins de Jéhovah, des adventistes, pour ne citer que ceux-là; la liste serait longue. Dans ces camps, il y a eu des morts, des blessés, des suicidés. Elle était belle, cette révolution, n’est-ce pas? Et surtout bien pacifique! Toute cette souffrance pour flatter l’ego d’un seul homme dont la devise était de créer l’Homme Nouveau. « La haine comme facteur de lutte; la haine intransigeante de l’ennemi, qui pousse au-delà des limites naturelles de l’être humain et en fait une efficace, violente, sélective et froide machine à tuer,» disait aussi le Ché.

Mais ce n’est pas tout. Il ne faut pas oublier ceux et celles qui sont morts en fuyant le pays sur des radeaux de fortune, devenant ainsi la proie des requins au beau milieu de l’océan; ceux et celles dont les embarcations ont été attaquées par les troupes du ministère de l’Intérieur et dont les occupants ont été massacrés. Encore des milliers de morts! La longue liste des personnes qui se sont suicidées ou qui sont tombées dans la démence parce qu’elles ont tout perdu est à tenir en compte aussi. Mais attention, je parle de gens simples, pas de grands propriétaires terriens ou des classes aisées. Des milliers, messieurs les journalistes, des milliers! Et même si on ne fusille plus, une grande partie de la jeunesse, noire de surcroît, se retrouve en prison. L’Homme Nouveau, après
57 ans de révolution, se retrouve en prison ou veut quitter le pays! Tout est bien documenté, il s’agit de chercher.

Comparez maintenant les deux dictatures, si vous le voulez. Batista, tout sanguinaire qu’il aurait été, restera un enfant de chœur comparé à Fidel Castro. L’histoire de la révolution cubaine selon les Castro est malheureusement riche en événements très tristes. Les révolutionnaires tuaient déjà des innocents avant 1959, mais personne ne veut le voir. Le mythe de cette belle révolution continue. La propagande au coût de millions de dollars depuis 57 ans a fait son effet. Pauvre Martí, l’ignorance continue à faire des siennes, à moins que ce soit de la mauvaise foi? Ce n’est qu’une histoire à suivre.

 

5 Réponses à “Castro vs Batista, ignorance ou mauvaise foi ?”

  1. Pedro M.Bencomo dit :

    Excellent article, mon ami! Comme tu avait dit,Batista était un enfant de choeur au côté de les frères Castro.

  2. Victor Mozo dit :

    Merci cher Pedro.

  3. Antonia dit :

    fuck it (christopher5randall85.jimdo.com)’s awesome in favor of me to have a site, which is beneficial in favor of my knowledge.
    thanks admin

  4. vitamin d foot pain dit :

    vitamin d foot pain

    blog topic

  5. foot pain map dit :

    foot pain map

    Regard cubain » Archives du Blog » Castro vs Batista, ignorance ou mauvaise foi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

ALLIANCE POUR LA NORMANDIE |
degaulois.justice.fr |
Le blog de marius szymczak |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | venizy pour demain
| BOUM ! BOUM !
| Soutenons le FUDEC