Faudrait-il faire une autre révolution ?

Posté par vmozo4328 le 6 août 2009

                                                                  cubasucesiongeneracional.jpg Caricature Cubanet

La situation critique que vit le peuple cubain 50 ans après le triomphe de la révolution de Fidel Castro -  révolution qui se disait du peuple et pour le peuple - m’incite à me demander si le sacrifice en travail et en vies humaines en valait la peine. Pour parahraser un peu  le poète national Nicolás Guillén,  le peuple a-t-il ce qu’il devait avoir ? Voici comment Castro lui-même décrivait la république de Cuba, en 1953, lors de sa plaidoirie, suite à son incarcération pour tentative de soulèvement contre Batista, le président de l’époque : 

« Je vais vous raconter une histoire. Il était une fois une république. Elle avait sa Constitution, ses lois, ses libertés, un président, un Congrès, des tribunaux. Tout le monde pouvait se réunir, se regrouper en associations, parler, écrire en toute liberté. Le peuple n’était pas satisfait de son gouvernement, mais il pouvait le changer en seulement quelques jours. L’opinion publique était respectée et estimée, et on discutait librement des problèmes d’intérêt collectif. Il y avait des partis politiques, à la radio du temps était consacré aux différentes doctrines et on diffusait des débats à la télévision, on faisait des manifestations publiques et on sentait l’enthousiasme dans la population. Ce peuple avait beaucoup souffert, il n’était pas heureux, il voulait l’être et avait le droit de l’être. On l’avait souvent trompé et il regardait le passé avec terreur. Il croyait aveuglément que ce passé ne pourrait revenir ; il était fier de son amour pour la liberté et il était convaincu qu’elle serait toujours respectée comme une chose sacrée ; il était profondément confiant  que personne n’oserait commettre le crime d’attenter à ses institutions démocratiques. Il désirait du changement, de l’amélioration, du  progrès et il voyait cela pour bientôt. Il mettait tout son espoir dans l’avenir. »

La révolution cubaine, comme ses leaders, a très mal vieilli. Les dirigeants d’hier s’accrochent encore au pouvoir et le sacrifice est devenu le pain quotidien du peuple. Voilà une finale bien triste. Faudrait-il faire une autre révolution ?

Publié dans Cuba, Politique | Pas de Commentaire »

Si le poète vivait…

Posté par vmozo4328 le 4 août 2009

guilln.jpgSi le poète national Nicolas Guillén (1902-1989),  chantre de la révolution castriste, pouvait lire quelques-uns de ses poèmes aujourd’hui, il n’en reviendrait peut-être pas. Toute la contradiction lui sauterait peut-être aux yeux, car rien n’a chagé.  Mais aurait-il protesté ? Je n’en suis pas sûr. Il était bon poète, certes, mais il faisait partie de cette gauche caviar qui refusait de voir la réalité. Voici deux extraits de El son entero écrit en 1947.

Mi patria es dulce por fuera                 Ma patrie est douce au-dehors

y muy amarga por dentro;                    et très amère en dedans;

mi patria es dulce por fuera,                ma patrie est douce au-dehors,

con su verde primavera,                       avec son vert printemps,

con su verde primavera,                       avec son vert printemps

y un sol de hiel en el centro.                et un soleil de fiel au coeur.         

 

¡Qué cielo de azul callado                     Quel ciel bleu et silencieux

mira impasible tu duelo!                        contemple, impassible, ta peine !      

¡Qué cielo de azul callado                    Quel ciel au bleu silencieux,

ay, Cuba, el que Dios te ha dado         oh ! Cuba, Dieu t’a-t-il donné,

ay, Cuba, el que Dios te ha dado,        oh ! Cuba, Dieu t’a-t-il donné,

con ser tan azul tu cielo!                      alors que ton ciel est si bleu!

 

Traduction extraite du livre de Claude Couffon Poésie cubaine du XXe siècle

Publié dans Cuba, Poésie | 1 Commentaire »

1...3536373839
 

ALLIANCE POUR LA NORMANDIE |
degaulois.justice.fr |
Le blog de marius szymczak |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | venizy pour demain
| BOUM ! BOUM !
| Soutenons le FUDEC