Venezuela, l’heure du changement est arrivé !

Posté par vmozo4328 le 5 janvier 2016

12511617_10153176369411852_490183065_n

Ce ne sera pas facile, certes, mais Venezuela doit aller de l’avant.

Publié dans Amérique latine, Politique, Société | 2 Commentaires »

Révolution cubaine :57 ans plus tard, l’exode continue

Posté par vmozo4328 le 4 janvier 2016

Cubanos en C. Rica

Photo : Réfugiés cubains. Courtoisie de l’artiste et photographe cubain Geandy Pavón

« Le pouvoir n’est pas un moyen, il est une fin. On n’établit pas une dictature pour sauvegarder une révolution. On fait une révolution pour établir une dictature. » Cette phrase de George Orwell me vient à l’esprit à l’aube du 57e anniversaire de la révolution cubaine. Que reste-t-il des promesses, de l’Homme nouveau, de la justice et de l’égalité pour tous ?
57 ans plus tard, à Cuba, une dictature militaire sévit avec entre autres son président, Raúl Castro, un général, et son ministre de l’économie, Marino Murillo, un colonel, pour ne citer que ceux-là. La seule chose qui change, c’est qu’ils ne portent plus l’uniforme. Mais l’idée de gouverner le pays comme une caserne reste tout entière. En fait, quand on regarde de près ces 57 ans, en plus d’une dictature, on y voit une dynastie qui se perpétue. Déjà mes oreilles sifflent,  bien sûr ! « Vous exagérez », diront les inconditionnels de cette  révolution, que j’appelle dictature, que j’appelle dynastie, avec ses Mariela Castro, Alejandro Castro, Tony « le playboy » Castro, Alex Castro et  bien d’autres Castro qui se montrent de plus en plus. Mais laissons la dynastie célébrer avec champagne et grands crus, comme n’importe quel membre du jetset international, les « réussites » de la révolution.

Au moment d’écrire ces lignes, plus de 6 000 Cubains se trouvent coincés dans des refuges de fortune au Costa Rica et au Panama. 6 000 Cubains qui ont pris la route de l’exode comme d’autres l’avaient fait auparavant, dans les années 60 et 80, avec la différence que ces réfugiés-ci sont des enfants de la révolution « pure laine », comme on dit ici. Ceux-là mêmes qui défilent le 1er mai de chaque année en agitant des petits drapeaux cubains, ceux-là mêmes qui, tout au long de leur école primaire, ont crié chaque matin : « Pionniers pour le communisme, nous serons come le Ché. » Oui, l’Histoire se répète et se répète sans fin. Trop occupés que nous sommes à parler des refugiés syriens, nous oublions ceux-là, qui se trouvent pourtant sur notre propre continent. Ils ne vivent pas la guerre armée, ils ne sont pas sous les bombes, cela est vrai. Comme il vrai aussi que depuis 57 ans les Cubains vivent leur propre guerre en silence : la guerre de l’endurance, la guerre du sacrifice, la guerre de l’espoir maintes fois déçu, la guerre de la recherche incessante de quelque chose à manger, quel que soit leur métier : médecins, ingénieurs, ouvriers, etc., la guerre pour une vie meilleure promise cent fois et qui ne se concrétise jamais. Alors, les Cubains cherchent la solution chez l’éternel ennemi, l’ennemi qui depuis toujours est supposé les envahir, les États-Unis d’Amérique, là où ils veulent tous aller vivre. Elle doit être grande, la détresse de ces réfugiés
– qui pour la plupart ont tout vendu, qui parfois sont soumis aux lois des passeurs et à bien d’autres horreurs – pour que le Pape en personne réclame publiquement une solution et parle de « drame humanitaire ».

Une autre année se termine à La Havane. Après les illusions causées par le rétablissement des relations diplomatiques entre Washington et Cuba, les Cubains déchantent et se donnent comme objectif la fuite, objectif toujours en tête, objectif toujours visé. Raul Castro pourra continuer à demander au Parti de faire plus de travail idéologique auprès des jeunes, ceux-ci ont la tête ailleurs. Il  pourra continuer à dire que l’économie a crû de 4 %, mais c’est peine perdue, car on ne voit jamais les résultats. Et dans quelques années, Cuba sera une république de vieillards gouvernés peut-être par les rejetons des vieillards qui gouvernent aujourd’hui. Alors, que reste-t-il de la révolution cubaine ? Rien, sauf Cuba qui se vide de sa jeunesse.

Publié dans Amérique latine, Cuba, Politique, Société | Pas de Commentaire »

REGARD CUBAIN REVIENT EN FORCE

Posté par vmozo4328 le 4 janvier 2016

IMG_3065 (Copier)

Bonjour à tous les amis et à toutes les amies intéressés (es) à me lire à nouveau. Oui, je suis bien décidé à reprendre mon blogue. Il faut que je parle de Cuba, certes, mais aussi de l’Amérique latine, étant donné que les médias québécois francophones ne leur accordent que peu d’espace. J’espère donc pouvoir combler ce vide. Il s’agira évidemment de mon opinion et  j’invite  tous mes amis et toutes mes amies francophones à collaborer à cette petite entreprise. Si vous ne voulez pas collaborer en écrivant, alors encouragez-moi à le faire au moins une fois par semaine. Des idées, j’en ai pleine la tête, le sujet est vaste. Je ne prétendrai jamais être journaliste ou écrivain, ce n’est pas mon métier, je veux juste exprimer mes idées, mes sentiments et  j’ai besoin de vos encouragements. Alors, merci, c’est parti ! Et pour commencer, bonne et heureuse année 2016!

Publié dans Amérique latine, Cuba, Politique, Société | Pas de Commentaire »

L’agent Jean-Guy Allard

Posté par vmozo4328 le 30 octobre 2011

  ratslakemaryfl.jpg

J’ai toujours aimé le Québec et les Québécois. Le Québec est devenu avec le temps ma seconde patrie et j’en suis très fier. Les Québécois et Québécoises peuvent servir d’exemple dans de nombreux domaines et ils ont de quoi se sentir très fiers. Malheureusement, comme dans tous les peuples, il y a parmi eux des pommes pourries, des gens qui tombent très bas dans l’abjection.

Le « journaliste »québécois Jean-Guy Allard est un exemple de ceux dont la plume est des plus abjectes. Établi à La Havane et collaborateur du Granma édition internationale, il ne cesse de s’attaquer à l’opposition cubaine en publiant toutes sortes de soi-disant informations toujours plus farfelues les unes que les autres et qui n’ont d’autre but que de discréditer ces Cubains qui, au prix de grandes vexations et de fortes privations, luttent pour faire connaitre une réalité que des désinformateurs comme Jean-Guy Allard cherchent désespérément à cacher.

Dernièrement, en fidèle serviteur de l’élite régnante, s’est attaquée aux Dames en blanc. « Minables » est le seul mot qui me vient à l’esprit quand je lis ses écrits. Mais Jean-Guy vit à La Havane comme un seigneur. Il ne manque de rien et voyage quand bon lui semble, car, à ce que je sache, il n’a pas renoncé à sa citoyenneté canadienne… on ne sait jamais! Il est du type classique des personnes qui se vendent pour quelques sous et pour une certaine reconnaissance, et ça, le gouvernement cubain le détecte très rapidement. Jean-Guy Allard est un rat. Jean-Guy Allard, enfin, fait partie de ces borgnes qui sont rois au pays des aveugles.

Publié dans Amérique latine, Cuba, Politique, Société | 27 Commentaires »

123456...37
 

ALLIANCE POUR LA NORMANDIE |
degaulois.justice.fr |
Le blog de marius szymczak |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | venizy pour demain
| BOUM ! BOUM !
| Soutenons le FUDEC